mains_liees.jpg

Vous ne savez pas quoi faire de vos bras quand vous prenez la parole… moi si !

Quand vous parlez dans la vie de tous les jours, vous ne pensez jamais à vos mains, à vos bras, à vos gestes. Mais dès que vous prenez la parole en public, c’est comme si vous découvriez que tout ça existe et du coup vous ne savez pas quoi faire avec.

Il existe trois types de gestes :

  • Les gestes métaphoriques : ils illustrent votre discours de manière imagée. Le doigt sur la tempe pour dire « il est fou », les mains fermées vers soi pour illustrer l’idée de « retenir »…
  • Les gestes ponctuateurs : ils rythment le discours. La main ouverte qui tape sur la table, l’index et le pouce joints qui martèlent dans l’espace…
  • Les gestes parasites : ils perturbent le discours. Manipulation d’un stylo, d’une bague, remise d’une mèche en place…

Pour que votre gestuelle soit efficace, il faut que vous éliminiez les gestes parasites (filmez-vous pour les repérer ou demandez à quelqu’un de confiance, vous aurez déjà fait la moitié du chemin).

Il faut également que vous vous entraîniez à utiliser au maximum les gestes métaphoriques. Illustrez tout ce que vous dites. Vous aurez peut-être le sentiment d’être parfaitement ridicule mais demandez à quelqu’un : cela est tout à fait naturel, donne du relief à votre propos et vous empêche de vous poser des questions inutiles sur quoi faire de vos bras.

Et c’est tout.

Ce truc a sauvé des dizaines et des dizaines de stagiaires. Essayez-le et faites-moi un retour !

Pascal HaumontVous ne savez pas quoi faire de vos bras quand vous prenez la parole… moi si !
Partager cet article

2 commentaires

Rejoindre la conversation

Rejoindre la conversation

Sur le même sujet