lejeune_memoire.jpg

Mémoire d’éléphant et PowerPoint

J’en ai déjà souvent parlé ici, il y a trois très mauvaises raisons d’utiliser PowerPoint : pour faire comme tout le monde, pour vous en servir comme d’un prompteur ou pour vous en servir comme d’un document. Mais bien entendu, PowerPoint n’est pas à jeter aux orties ! Car il y a une excellente raison de l’utiliser.

Cette vidéo va nous aider à la comprendre. Il s’agit d’une performance de « super-mémoire » réalisée par le comédien, humoriste et metteur en scène Olivier Lejeune. Regardez, c’est impressionnant !

Pensez-vous que le comédien possède de manière innée des qualités de mémorisation que nul ne peut développer ? Pensez-vous au contraire qu’il a acquis une technique que tout un chacun peut s’approprier ?

Mais oui, vous avez raison, avec beaucoup d’entraînement tout le monde doit pouvoir être capable de réaliser cette performance. Voyons comment Olivier procède, et surtout en quoi cela nous est utile pour réaliser des PowerPoint efficaces.

Olivier Lejeune a appris par cœur il y a longtemps et définitivement une liste de cent mots, chacun associé à un rang. Ça lui a pris du temps, mais tout le monde est capable de le faire :

  • 1 = bougie
  • 2 = cygne
  • 3 = cœur
  • Etc.

À chaque fois qu’il réalise sa performance et qu’on lui donne un nouveau mot, il associe visuellement une scène en fonction du rang. Par exemple, si on lui donne en 1 le mot « téléphone », il imagine un téléphone avec une bougie en fond d’écran. Si on lui donne en 2 le mot « casquette », il imagine un cygne avec une casquette. Si on lui donne en 3 le mot « porte », il imagine un cœur derrière une porte, etc.

Il lui suffit ensuite de se remémorer la scène qu’il avait visualisée pour que le mot lui apparaisse. Par exemple, si on lui demande « Quel était le mot en 3 ? », Olivier va se dire : « 3 c’est donc le le cœur. Mais oui, le cœur était derrière la porte ! ». Et il va donc répondre « 3 ? Porte ! ».

Cette technique n’est pas secrète : Olivier vous la livre lui-même dans son livre « Mémoire d’éléphant ». Mais cette performance nous montre à quel point le visuel est ce qu’il y a de plus efficace pour mémoriser. La mémoire visuelle est la plus forte ! Cette performance l’illustre et cela a été scientifiquement prouvé. C’est l’association de la mémoire auditive (les mots que vous prononcez) et de la mémoire visuelle (ce que vous montrez sur votre PowerPoint) qui permettra à votre auditoire de mieux mémoriser. Vous ancrerez ainsi vos messages de manière durable.

Il est donc contre-productif d’écrire du texte sur vos diapos (listes à puces, grands tableaux, etc.), il faut proposer du visuel : une photo, un dessin, un symbole, un graphique, un schéma… ou un message court et visuel parce que vous jouerez sur le contraste de couleur, de police ou de taille entre les mots.

Pascal HaumontMémoire d’éléphant et PowerPoint
Partager cet article

4 commentaires

Rejoindre la conversation
  • ganga - 29 mai 2017 répondre

    la mémoire du corps est très puissante aussi pour mémoriser les langues, la preuve en est que nous avons très bien mémorisé notre langue maternelle

    Pascal Haumont - 30 mai 2017 répondre

    Oui, la mémoire des mouvements et sensations est très puissante. D’ailleurs, pour aller plus loin, Olivier s’imagine toucher les éléments qu’il visualise quand il se crée son image mentale.

  • David de BusinessBienveillant.com - 30 mai 2017 répondre

    Salut Pascal, très bon article que je vais relayer.

    Cette technique de mémorisation est intéressante et je vais m’y atteler. Y a t’il une logique dans la liste des 100 mots ou bien on peut se construire sa propre liste ?!

    Concernant la réalisation de vidéo, cela peut donc être intéressant de montrer des images ou des morceaux de vidéos qui représentent l’idée dont on parle.

    De belles perspectives 😀
    Merci pour ce partage.

    Pascal Haumont - 30 mai 2017 répondre

    Hello David, merci pour le relais !
    Je ne crois pas qu’il y ait de logique, à part que le 1 ressemble un peu à une bougie, que le 2 ressemble un peu à un cygne, etc. Mais au final ça n’a pas d’importance.
    Je compte m’y atteler aussi, en me limitant à 20 ou 30 mots pour l’instant.
    Exactement pour les vidéos : montrer des images qui représentent l’idée avec l’idée que cette image sera mémorable et permettra de mieux ancrer l’idée.
    Bonne journée !

Rejoindre la conversation

Sur le même sujet